👍 grande raisons pour lesquelles đŸ€” vous ne devriez jamais ❌ me sens 😳 gĂȘnĂ© de voir un thĂ©rapeute 👀 📋...

Il existe plusieurs raisons Pourquoi vous ne devrait pas ĂȘtre gĂȘnĂ© de voir un thĂ©rapeute.

Quelqu'un m’a demandĂ© comment j’ai pu parler ouvertement de mon thĂ©rapeute en rĂ©fĂ©rence Ă  mon expĂ©rience du Corps de la paix. La vĂ©ritĂ© est, il est assez facile. J’ai pensĂ© que je pourrais Ă©largir et Ă©crire Ă  ce sujet ici, parce que par dĂ©finition une aventure est « une expĂ©rience inhabituelle ou une activitĂ© », et d’aprĂšs mon expĂ©rience, aller chez le thĂ©rapeute, c’est une expĂ©rience inhabituelle. Je n’ai jamais aucune idĂ©e Ă  quoi m’attendre. Chaque fois que je rentre dans son bureau, que je me dis, « Je ne vais pas pleurer aujourd'hui », et dans les 5 minutes je suis habituellement un fou blubbering. Mon mĂ©decin me demandera pourquoi je pleure, ou pourquoi qui a frappĂ© un nerf, la plupart du temps que je ne sais pas vraiment. Je suppose que si il y a juste ça fait du bien de pleurer.

Mais pourquoi Ă©crire Ă  ce sujet plus ? Parce qu’en voyant un thĂ©rapeute ou un psy ou ce que vous voulez appeler eux ne devraient pas ĂȘtre une mauvaise chose. Alors que certains de mes amis pourraient ĂȘtre en dĂ©saccord, je ne suis pas une personne folle. Dans le Colorado, en vertu de la Loi de travail de maquette, si vous ĂȘtes considĂ©rĂ©s comme faisant partie de la population souffrant de douleur chronique, vous devez ĂȘtre Ă©valuĂ© par un thĂ©rapeute. Nous avons fait un test pour dĂ©terminer si oui ou non je suis dans les limites de « sains » de la dĂ©pression. Il s’avĂšre que, alors que je pourrais avoir des mauvais jours, je ne suis pas vraiment dĂ©primĂ©. Phewww ! Le plus drĂŽle, c’est, j’ai vraiment aimĂ© parler au gars. Oui, il est un vieux monsieur qui effectivement me terrifie, mais ĂȘtre capable de comprendre mes peurs irrationnelles pourraient d'oĂč a Ă©tĂ© totalement ouvert les yeux.

J’ai tendance Ă  sous-estimer mes capacitĂ©s. Bien sĂ»r, je suis intelligente et athlĂ©tique, mais pas par rapport Ă  mes amis. Quand vous grandissez dans une ville pleine de succĂšs athlĂštes de haut niveau et diplĂŽmĂ©s de l’Ivy League, c’est vraiment difficile de ne pas vous comparer Ă  celle. Mon mĂ©decin m’a aidĂ© Ă  mettre cela en perspective, que Vail est sa propre petite bulle d’un lieu et que tandis que la proportion de ces personnes est vraiment Ă©levĂ©e dans cette ville, dans la perspective plus large, je fais assez bien.

J’ai rĂ©alisĂ© que c’était OK pour parler d’avoir un thĂ©rapeute quand j’ai eu une conversation avec un ami qui est Ă©galement confortable par hasard mentionnant qu’elle voit un thĂ©rapeute. Elle Ă©tait propriĂ©taire. « OMG MEEEE TOOO ! » Et pourquoi pas ? Si vous avez quelqu'un qui peut vous aider Ă  traverser des situations difficiles, pourquoi ne vous les utiliser comme une ressource ? Nous sommes tous tellement concentrĂ©s sur le succĂšs et la crĂ©ation de cette vie « parfaite » qui parfois nous avons oubliĂ© de ralentir un Take Care de notre propre esprit.

Donc, pour vous tous les gens qui ont un thĂ©rapeute, n’hĂ©sitez pas Ă  en parler. L’avoue. Vous travaillez sur vous, et pas assez de gens le faire.

Original post
Explore more ...